image1 image2 image3
logo

Louis Delâge et les Automobiles

Né à Cognac en 1874, issu d'une famille très modeste, il sort ingénieur des Arts et Métiers d'Angers en 1893. Après avoir travaillé en Algérie, Louis travaille chez Peugeot à Levallois et devient rapidement Chef du bureau des Essais et des Etudes. Il y rencontre Augustin Legros, ingénieur Arts et Métiers comme lui. Puis il décide de quitter Peugeot pour fonder sa propre marque en Janvier 1905. Il a alors 31 ans.

Solidement aidé par Augustin Legros, il sait dès le début s’entourer d’ingénieurs compétents, presque tous Gad'zarts comme lui. La croissance et la réputation de la nouvelle marque vont immédiatement être au rendez-vous, ceci grâce à plusieurs facteurs :

    1- de brillants résultats en course dès 1906, une victoire dans le Grand Prix des Voiturettes disputé à Dieppe en 1908, une victoire en 1911 dans le Granb Prix des voitures légères de Boulogne11, une victoire au grand prix de France de 1913 au Mans et une victoire en 1914 au Grand Prix des 500 Miles d’Indianapolis.
    2- une grande élégance de ligne trouvant son origine dans une harmonie générale des proportions du châssis. Sans oublier le fini et le soin apportés à la construction.
    3- une stratégie de communication dans laquelle Louis DELAGE excelle, qui met en avant les résultats brillants des voitures de course pour expliquer une qualité générale au dessus de la moyenne et des prix tout à fait concurrentiels.

Pendant la grande guerre, Louis DELÂGE travaille pour l'armée et participe à l’effort d’armement, mais dès 1919, il sort le premier modèle de tourisme à freins avant en série.
Parti à ses débuts des voiturettes et voitures légères « de luxe », Louis Delage s’attaque dès lors au grand luxe avec la GL en 1924. En 1929, ce sont les prestigieuses D8 23 CV à 8 Cylindres … L'effectif de l'usine atteint alors 3.500 personnes.
Mais une récession sur le marché de la voiture de luxe, s'ajoutant aux problèmes financiers créés par la mévente et la sous production de la magnifique usine contraignent Louis DELÂGE à mettre sa société en liquidation volontaire en Avril 1935.
Mais Louis DELÂGE ne peut se résoudre à abandonner une si belle aventure industrielle, et la Marque DELAGE continue d’exister après cette date, et de manière assez brillante. Ceci grâce à une nouvelle société imaginée par Louis DELAGE et le financier Walter Watney. DELAHAYE sera le fabricant des nouvelles automobiles DELAGE, qui vont être produites au sein d’une gamme assez complète (avec entre autres la D6 "3 Litres" qui fut très brillante en course).
Cette association dura jusqu’en 1940, et ce pour la plus grande satisfaction des 2 marques. Après guerre, il y aura encore des DELAGE jusqu'au Salon de 1953. Louis Delâge est mort en Décembre 1947. Parti de rien, il s’éteint à l’âge de 72 ans après une vie bien remplie et une activité industrielle prodigieuse, couronnée de succès et du plus beau des titres, celui de Champion du monde des constructeurs.
 Il rencontra à la fin de sa vie le Père Brottier qui le ramena à la foi et lui montra le chemin pour une vie simple et pieuse, loin des mondanités et du luxe. Pèlerin à pied ou à bicyclette, à Lisieux, à Chartes ou Lourdes, il quitta ce monde certainement apaisé, pauvre mais heureux, "ayant tout possédé , puisqu'il avait tout perdu", comme il se plaisait à le dire.
Dès l'année 1955, quelques fidèles de la marque, anciens collaborateurs ou clients se groupèrent pour conserver le souvenir de Louis DELÂGE et de sa prestigieuse production automobile. C'est de ce désir qu'est née :

l'Association des Amis de Delâge fondée le 15 Janvier 1956.

 

Vous trouverez ci-joints les liens vers des informations sur :

Les Courses (cliquer).

Les Compétitions (cliquer pour arriver sur ce tableau).

Les Records (cliquer pour arriver sur ce tableau).

Caractéristiques & Performances de 23 voitures de course mondiales (cliquer). 

« …retenez bien ceci : Il ne faut pas prendre DELAGE pour un nom d’homme, DELAGE n’est pas un ingénieur, c’est un principe.
DELAGE signifie en bon français : labeur, assidu, recherche constante de la perfection, loyauté dans la construction… »


Ces louanges sont extraites d’un article publié dans la Revue de l’Automobile et sont signées par Monsieur Charles LAVILLE.
Si dire que DELAGE est un principe peut paraître à certains excessif, pour qui a observé, voir démonté des moteurs des années vingt (mécanique entièrement DELAGE) il est indéniable que ces moteurs sont emprunts d’un « esprit ».


Les blocs de fonderie d’aluminium sont polis et bouchonnés, les ensembles cylindres, culasse et couvre culbuteurs sont émaillés en noir comme le châssis. Toute la boulonnerie (spécifique à la marque) ainsi que les accessoires, carburateur, avertisseur, bouchon d’huile…sont nickelés.


L’ensemble, très sérieusement assemblé entre un radiateur en maillechort et une plaque pare-feu en fonderie d’aluminium donne une impression d’ingéniosité, de netteté, de qualité, d’élégance et de classicisme dans la présentation
Il est probable que les qualités de conception de ces châssis aient favorablement inspiré les carrossiers qui ont généralement su les habiller de carrosseries empreintes de ces mêmes qualités .


90 années après lorsque vous conduisiez un modèle de cette époque, vous ne pouvez qu’être impressionné par ses qualités d’équilibre, de souplesse et de silence.


Patrick Delâge, préface bulletin LADD juin 1993

2019  LADD - Les Amis de Delage  - Copyright